Happy Canada day to all!

Flag_of_Canada149 years ago on this day, the people of Upper Canada and Lower Canada came together to create one great nation, Canada.

“From the outset, Canada was formed not in spite of differences, but because of them. Thanks to the hard work and understanding between many cultural and religious communities, Canada is the diverse, inclusive, and compassionate country that we are fortunate to call home today”, said Canadian Prime Minister Justin Trudeau this morning.

Those words were echoed this morning by Canadian Ambassador to Switzerland Jennifer MacIntyre in her talk to the members of the Canadian-Swiss Chamber of Commerce when she said that “Canada is strong precisely because of the diversity of its people. This is not only a source of pride but the reason of our prosperity and success as a nation.”

I can certainly relate to this message. My family escaped the tyranny of the communist regime in Poland in the early 1970’s and we received a wonderful welcome in Montreal (Quebec). That is where I grew up and where my parents and brother still live and celebrate the “vivre ensemble” (Living together).

Four decades later, Canada still is a beacon of hope for refugees escaping the atrocities of the middle-east crisis. The Trudeau administration committed to take in 25,000 Syrians only to increase this number by tens of thousands soon after.

So many Canadians are willing to sponsor them that the government can’t bring them quickly enough. “Where are the refugees that you promised us? When will they arrive? We are waiting for them! is what I hear from the constituents in my Toronto riding” said Minister of International Trade Chrystia Freeland during the Forum of the Americas in Montreal two weeks ago.

And this constructive and solutions-oriented approach extends well beyond the refugee crisis. When the Canadian delegation arrived at the Paris Climate Conference in December, the assembly was chanting: Welcome back Canada! Welcome back Canada! and that was even before the climate minister Catherine McKenna voiced Canada’s commitment to maintaining climate change well-below 2 degrees.

At a time when the dark forces are shaking the world by promoting hate, fear and isolationism, there is a new wind blowing from Canada. One that is supported and celebrated by all Canadians. It is a message of peace and tolerance, a celebration of multiculturalism and diversity and a reason for the whole world to celebrate!

Happy birthday Canada!

Related Links: 

The promise of diversity

COP21 – Paris Climate Conference

For a Carbon Tax by Stephane Dion

Accountants, the Unexpected Heroes of Sustainability

John D. Rockefeller

John D. Rockefeller

Few are aware that business tycoon and philanthropist John D. Rockefeller, who became the richest person in recent history, started his career at 16 as an accountant. His diligence, uncommon ability to “see everything and forget nothing” and exceptional understanding of business financials allowed him to build his oil empire by making every major decision on the basis of precise to-the-penny financial calculations. “I charted my course by figures, nothing but figures” said John D. His success underscores the importance of accurate and reliable financial information for business leaders to make the right decisions.

Accounting Records, the Military and Sustainability  

Recognizing the importance of relevant and reliable financial information, former Undersecretary of Defense Sherri Goodman said that “You can’t manage what You don’t measure” and called for better monitoring of energy use and full tracking of the Department of Defense (DoD) carbon footprint with the aim to get the US military off oil by 2040. But where did this determination to move away from oil come from?

afghan convoy deloitteAn important element is the realization of the growing number of casualties in convoy operations that deliver fuel and water to the battlefield. The other  is economic and has to do with the way fuel costs were accounted for. Historically, fuel purchases were recorded at their purchase price, say 2 to 3 US$/gallon or 0.50 to 0.80 US$/liter. More recently however, the military started looking at the “fully burdened cost of fuel” – that includes the cost of buying, moving and protecting fuel until it is ready to be used in the battlefield. In remote areas these can be hundreds of times higher than the  purchase price. Figures of US$600/gallon (US$158/liter) and more have been reported.

With delivered fuel costs representing up to 36% of the total operations budget in Afghanistan, one can understand that energy efficiency has become a top priority for the military. A priority that lowers risk while generating dramatic cost savings. In one example, $95 million was invested in Iraq to insulate tents and temporary infrastructure reducing the need for cooling during daytime and heating at night. This measure saved US$1 billion in 2010 alone and removed the need for 11,000 fuel trucks. For more see Energy Security, America’s Best Defense.

The Need for Business Leadership

Yvo de Boer and Adam Koniuszewski

Yvo de Boer & Adam Koniuszewski

Business has a key role to play when it comes to sustainability. Of the largest 150 economic entities in the world, more then 59% are not countries but corporations and our most pressing sustainability challenges are largely caused by the way businesses operate and the impact of the products they sell. But today only business has the capacity and the ability to provide solutions to these problems. According to former Executive Secretary of the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) and KPMG Special Global Advisor on Climate Change and Sustainability Yvo de Boer, “The bulk of the solutions to environmental degradation and climate change must come from the private sector”.

And forward looking businesses, including some of the world’s largest corporations like IBM, Dupont, Walmart and world leading carpet-tile manufacturer Interface, have profitably embarked on the path towards sustainability. Interface Founder Ray Anderson said that: “The business case for sustainability is crystal clear and we are pressing ahead with our sustainability initiatives as fast and as far as we can because it has proved to be so good for business”. From the beginning of their sustainability journey, greenhouse gas emissions per unit of production are down 71% (since 1996) and profits are up. In Ray Anderson’s words:

–       “Costs are down, not up, dispelling that myth

–        Products are the best they have ever been because sustainable design has opened up a wellspring of innovation

–       People are galvanized around a shared higher purpose

–       And the goodwill of the marketplace is just amazing!”

Check out as Ray Anderson shares his passion for sustainability with George Stroumboulopoulos:

The Interface journey began by attacking waste and diverting the savings to invest in reducing carbon intensity while developing innovative business processes and products. Proper accounting records and monitoring played a central role. Accountant Buddy Hay led this part by implementing the EcoMetricsTM measurement system to track all the materials and energy inputs and all outgoing products, waste and pollution. He says that: “When implementing sustainability programs, you have to measure, understand and articulate the drivers of success. This requires the same rigor and thinking used in financial accounting but applied to natural resources and environmental impact”. Improved tracking allowed Interface to reduce waste to landfills per unit of production by 95% since 1996, and to avoid millions of dollars in costs. This helped fund additional sustainability efforts while rewarding shareholders with a 444% share price increase (5 year period ending Dec 31, 2013).

The Prince of Wales and Accounting for Sustainability 

HRH-A4SConcerned that our current measures of profit and GDP are providing the wrong signals to leaders in business and government, His Royal Highness The Prince of Wales has embarked on a global project with the accounting profession to help embed sustainability into the DNA of business organizations. Through his Accounting for Sustainability (A4S) Project, The Prince of Wales aims to demonstrate the business case for organizations to embed sustainability into their operations, develop the tools and build the capacity for action and create an enabling environment for change. The objective is “To help ensure that we are not battling to meet 21st century challenges with, at best, 20th century decision-making and reporting systems.” And by working with the A4S Accounting Bodies Network representing two million accountants around the world, The Prince’s Accounting for Sustainability Project is helping the profession to overcome the false choice between business success, environmental sustainability and the development of human happiness and wellbeing.

A4S Executive Chairman, Jessica Fries, knows the importance of involving Chief Financial Officers in the process of building sustainable business models: “The A4S CFO Leadership Network is the first grouping of its kind to bring together leading CFOs to explore their role in developing practical approaches to integrate environmental and social issues into financial decision making. There is a growing commercial imperative for businesses to take these factors into account if they are to future-proof their organisations; and there is now clear evidence that companies which address environmental and social issues in a strategic manner can deliver improved commercial returns.”

Another area of focus is how to account for natural and social capital. One organization that has really helped to highlight the importance of better accounting for natural capital is PUMA, the global sport-lifestyle company. Jochen Zeitz, the company’s then CEO, conceived the development of PUMA’s Environmental Profit and Loss account: “We understand the importance of healthy ecosystems to the future of our business. We have embarked on a journey to develop an enterprise and supply chain wide view of our environmental impacts in monetary terms, so that we could take these impacts into account strategically and embed them in our business decision making processes.” 

Valuing Natural Capital in the Montreal Region

David Suzuki and Adam Koniuszewski

David Suzuki and Adam Koniuszewski

Few realize that some of the greatest biodiversity hotspots in the Province of Quebec, are located in the Greater Montreal Region and are at risk from urban sprawl. The David Suzuki Foundation issued a report that valued the ecosystems services of a greenbelt that would protect 19% of the greater Montreal territory to be worth $4.3 billion per year! This work  helped convince the Communauté métropolitaine de Montréal to create this greenbelt as part of its new urban plan and the Government of Québec to invest $150 million for its protection.

“With the robust analysis and quantification that the accounting profession can provide, we can better understand the value of natural capital and the importance of preserving and enhancing ecosystems and natural habitats for the greater benefit of our communities” said Quebec Chief Scientist, Rémi Quirion.

Sustainability reporting and the risk of Greenwashing 

Despite the growing interest in CSR and sustainability reporting, the surge in revenues for accounting firms is not without risks. Professor of Social and Environmental Accounting at ESSEC Business School in Paris, Dr. Charles Cho, has published numerous studies on these topics. His particular field of interest is accounting and the public interest. Dr. Cho warns that “The recent proliferation of the ‘sustainability’ buzz, particularly within the business community, should certainly not become an avenue for opportunistic strategies and behaviors. We really need to pay close attention to what makes it substantive versus what is likely to become a mere symbolic representation—unfortunately, the latter happens more often than the former. A typical example is the production of stand-alone sustainability or CSR reports—recent mounting evidence has been provided that most of the information contained in these reports is generally biased, selective, trivial and sometimes misleading. Nevertheless, they provide a ‘legitimate’ shield, or a veil, on what is really happening inside organizations. Therefore, such reports should at least be monitored by a set of enforceable regulations, but it is far from being the case.

As for the role of the accounting profession—I remain skeptical on certain aspects such as the Big 4 public accounting firms seeking the next sustainability or CSR report assurance/audit engagement (this type of service is exponentially growing and one does not have to be Nobel Prize winner to understand that this is another great, highly profitable consulting opportunity for the Big 4). However, I am now more convinced that there are potential avenues for accountants, especially management accountants, to make a meaningful contribution to the sustainability agenda, notably by utilizing their technical skills to measure and report on real social and environmental impacts of organizations.”

Concordia University Professor, Dr Michel Magnan, FCPA, FCA, agrees that significant aspects of corporate sustainability reporting are symbolic rather than substantive. But in his view: “There has been progress in the quality of such disclosure over the years among European and North American firms. My research with colleague Denis Cormier shows that such reporting is relevant for market stakeholders (investors, analysts) when a firm exhibits good environmental performance (as measured by objective metrics) but comparability across firms and reliability of disclosed information are still major issues. One has to keep in mind that even for financial reporting, with strict regulatory enforcement and formal standard setting, there are still discussions as to comparability, relevance and reliability!

 Another major issue is the scope of sustainability reporting: i.e., when do we stop? For instance, when looking at greenhouse gas emissions for a dairy confectionary company such as Nestlé or Danone, how far do we go to capture the emissions underlying the production process? Do we include the methane emitted by the cows that produce the milk, or even the process by which they get fed (which is often highly mechanized and polluting as well)? In my view, this is the next stumbling block for sustainability reporting to take off.”

“With the evolution towards a `materiality-focused` sustainability reporting, not only are we currently auditing (internally and externally) to provide accurate and reliable information, but our sustainability practices are also allowing organizations to better understand the material issues that relate to the overall strategy of the organization. With early stage moves towards Integrated Reporting, we anticipate an increase in the need for these services that are currently being provided across Quebec, Canada and internationally.” 
– Luc Villeneuve, FCPA, FCA, President, Deloitte Quebec.

Accountants and Sustainability 

More then a century has passed since John D. Rockefeller retired from running his oil empire but the importance of robust and relevant accounting and financial information is more important then ever. The new global context, the state of the environment and the accelerating depletion of natural resources, present immense and unprecedented challenges and opportunities. Our ability to create economic systems that promote and reward businesses for restoring and enhancing natural environments, for conserving resources and for eliminating pollution and waste will help define our future prosperity. The accounting profession, the preferred provider of unbiased, relevant and reliable information, is ideally positioned to speed up this transition.

In this regard, Mr. Daniel McMahon, FCPA, FCA, President and Chief Executive Officer of the Ordre des CPA du Québec, mentions the strategic direction for 2013-2015 adopted by the Board of Directors : “ The Order aims to be recognized for the key role it plays in Quebec’s economic and social development and intends to highlight the role CPAs play in sustainable development. “

Other links of interest: CPA Quebec, Global Reporting Initiative (GRI), Center for Social and Environmental Research (CSEAR), Sustainability Accounting Standards Board (SASB), AICPA & Sustainability


About the Author: Adam Koniuszewski, CPA, CA, CFA is a Commerce Graduate from Concordia University in Montreal. He started his career with Big 4 Accounting-firm Deloitte & Touche in Montreal and London (UK) before continuing his international career with a global corporation (North America, Europe, North Africa) where he gained experience in strategy and business development, planning and risk management, corporate and government affairs. Adam has now joined the world of civil society where he works in the field of sustainability. He is a public speaker at international forums on global sustainability challenges and their business and financial aspects. Adam is also involved in several social and charitable initiatives.

Les comptables, héros inattendus du développement durable

John D. Rockefeller

John D. Rockefeller

Peu de gens réalisent que le magnat des affaires et philanthrope John D. Rockefeller, qui a bâti la plus grande fortune de l’histoire, a commencé sa carrière à 16 ans comme comptable. Son assiduité, sa capacité à « tout voir et ne rien oublier » et sa compréhension exceptionnelle de la finance d’entreprise lui ont permis de construire son empire pétrolier en basant toutes les décisions importantes sur des calculs financiers précis au centime. «J’ai tracé mon parcours par des chiffres, rien que des chiffres », a déclaré John D. Son succès souligne l’importance d’une information financière fiable et précise pour que les dirigeants puissent prendre les bonnes décisions.

La comptabilité, le secteur militaire et le développement durable

Reconnaissant l’importance d’une information financière pertinente et fiable, l’ancienne Sous-Secrétaire à la Défense, Sherri Goodman, a déclaré « Vous ne pouvez pas gérer ce que vous ne mesurez pas » et a appelé à une meilleure surveillance de la consommation d’énergie et à un suivi complet de l’empreinte carbone du Département de la Défense, avec l’objectif que l’armée américaine n’ait plus besoin de pétrole d’ici 2040. Mais d’où vient cette volonté de trouver des alternatives au pétrole?

afghan convoy deloitteUn élément important est l’augmentation du nombre de victimes dans les opérations de convoi qui fournissent le carburant et l’eau durant les opérations militaires. L’autre est économique et résulte de la façon dont les coûts de carburant sont comptabilisés. Historiquement, le carburant était comptabilisé au prix d’achat, soit environ 2 à 3 $ US/gallon ou 0,50 à 0,80 $ US/litre. Mais récemment l’armée a commencé à surveiller le « fully burdened cost of fuel » – qui comprend le coût d’achat, le transport et la protection du carburant jusqu’à ce qu’il soit prêt à être utilisé sur le terrain. Dans les régions éloignées, ces coûts peuvent être des centaines de fois plus élevés que le prix d’achat et atteindre plus de 600 $ US/gallon (158 $ US/litre).

Avec des dépenses de carburant représentant jusqu’à 36 % du budget total des opérations en Afghanistan, on comprend pourquoi l’efficacité énergétique est devenue une priorité absolue pour l’armée américaine. Une priorité qui réduit les risques tout en générant des économies considérables. Par exemple, l’armée a investi 95 millions de dollars US pour isoler les tentes et autres installations militaires en Iraq et réduire les besoins de climatisation pendant la journée et de chauffage la nuit. Cette mesure a permis d’économiser 1 milliard de dollars US dans la seule année 2010 et de réduire de 11,000 le nombre de camions de carburant. Pour en savoir plus : La sécurité énergétique, la meilleure défense de l’Amérique par Deloitte.

Le leadership du secteur privé

Yvo de Boer and Adam Koniuszewski

Yvo de Boer et Adam Koniuszewski

Les entreprises ont un rôle clé à jouer quand il s’agit de durabilité. Sur les 150 plus grandes entités économiques du monde, 59 % ne sont pas des pays mais des multinationales et nos enjeux de développement durable les plus pressants sont en grande partie causés par leurs activités et par l’impact des produits qu’ils vendent. Aujourd’hui seules les entreprises sont en mesure de résoudre ces problèmes. Selon l’ancien Secrétaire exécutif de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) et conseiller mondial sur les changements climatiques et le développement durable chez KPMG, Yvo de Boer : « La majeure partie des solutions à la dégradation de l’environnement et au changement climatique doit provenir du secteur privé ».

Et les leadeurs du secteur privé, incluant certaines des plus grandes sociétés comme IBM, Dupont, Wal-Mart et le premier fabricant mondial de tapis-tuile Interface sont déjà engagés sur la voie de la durabilité. Le fondateur d’Interface,  Ray Anderson a déclaré que « le Business Case pour la durabilité est clair et limpide et nous allons de l’avant avec nos initiatives aussi vite et aussi loin que nous le pouvons, car ça s’est avéré être très bon pour les affaires ». Depuis le début de leur projet en 1996, les émissions de gaz à effet de serre par unité de production ont diminué de 71 % et les bénéfices sont en hausse. Ray Anderson mentionne également :

« – Nos coûts sont en baisse et non pas en hausse, ce qui dissipe ce mythe. – Nos produits sont meilleurs qu’ils n’ont jamais été parce que le design durable permet une fontaine intarissable d’innovation. – Les gens sont galvanisés autour d’un objectif inspirant et partagé. – Et la bonne volonté du marché est tout simplement incroyable ! » Voyez comment Ray Anderson partage sa passion avec George Stroumboulopoulos :

Le parcours d’Interface vers la durabilité a commencé par la réduction des déchets et en investissant les économies dans la diminution de l’intensité carbone tout en développant des processus d’entreprise et des produits toujours plus innovants. Les systèmes comptables appropriés et une surveillance continue ont joué un rôle central dans ce processus. Le comptable Buddy Hay a dirigé cette partie de la démarche d’Interface avec la mise en œuvre du système de mesure EcoMetricsTM pour comptabiliser tous les matériaux et intrants énergétiques et tous les produits sortants, les déchets et la pollution. Selon lui, « Lors de la mise en œuvre de programmes de développement durable, il faut mesurer, comprendre et articuler les critères de succès. Cela nécessite la même rigueur que pour la comptabilité financière, mais appliquée aux ressources naturelles et à l’impact environnemental ». Améliorer le suivi a permis de réduire les déchets par unité de production de 95 % depuis 1996, d’éviter des millions de dollars en coûts et de financer des efforts de durabilité supplémentaires tout en récompensant les actionnaires par une augmentation du prix de l’action de 444 % (période de 5 ans se terminant le 31 décembre 2013).

Le Prince de Galles et la comptabilité pour un avenir durable  HRH-A4S

Craignant que nos mesures actuelles du profit et du PIB donnent des signaux erronés aux chefs d’entreprises et aux gouvernements, Son Altesse Royale, Le Prince de Galles a lancé un projet mondial pour aider la profession comptable à intégrer la durabilité dans l’ADN des entreprises. Grâce à son projet de comptabilité pour le développement durable, Le Prince veut démontrer l’efficacité de l’analyse pour la durabilité et créer un environnement favorable au changement. L’objectif est de « nous assurer que nous puissions affronter les défis du 21e siècle avec des outils appropriés et non pas avec les systèmes de décision et de “reporting” du 20e siècle ». En travaillant avec des organismes qui représentent près de deux millions de comptables à travers le monde, Le Prince aide la profession à surmonter le faux choix entre la réussite de l’entreprise, la durabilité environnementale et le développement humain.

Jessica Fries, présidente exécutive du A4S, connait l’importance de la participation des directeurs financiers dans le processus de construction de modèles d’affaires durables: “Le réseau de leadership des CFO A4S est le premier groupe du genre à réunir les principaux chefs des finances dans le but d’étudier leur rôle dans l’élaboration d’approches pratiques afin d’intégrer les questions environnementales et sociales dans les décisions financières. C’est un impératif commercial de plus en plus important pour les entreprises afin d’assurer la pérennité de leurs organisations; et il y a maintenant des preuves claires que les entreprises qui traitent des questions environnementales et sociales d’une manière stratégique peuvent arriver à de meilleurs rendements financiers et commerciaux “.

Un autre domaine d’intérêt est de savoir comment rendre compte du capital naturel et social. Une organisation qui a vraiment aidé à mettre en évidence leur importance est PUMA, la société mondiale de sport-lifestyle. Jochen Zeitz , alors PDG de l’entreprise, a développé le rapport de pertes et profit environnemental de PUMA : ” Nous comprenons l’importance de la santé des écosystèmes pour l’avenir de notre entreprise. Nous avons entrepris un projet pour développer une entreprise et une chaine d’approvisionnement qui prennent en compte nos impacts environnementaux en termes monétaires, de sorte que nous puissions prendre ces effets en compte au niveau stratégique et les incorporer dans nos processus de décisions “.

Valoriser le capital naturel dans la région de Montréal

David Suzuki et Adam Koniuszewski

David Suzuki et Adam Koniuszewski

Peu de gens réalisent que certains des plus grands centres de biodiversité dans la province de Québec sont situés dans la région métropolitaine de Montréal et sont en danger à cause de l’étalement urbain. La Fondation David Suzuki a publié un rapport qui valorise les services des écosystèmes d’une ceinture de verdure qui protègerait 19% du territoire de Montréal à 4,3 milliards de dollars par année! Ce travail a contribué à convaincre la Communauté métropolitaine de Montréal de créer cette ceinture de verdure dans le cadre de son nouveau plan d’urbanisme et le gouvernement du Québec d’investir 150 millions de dollars pour sa protection.

« Avec l’analyse robuste et les quantifications que la profession comptable peut fournir, nous pouvons mieux comprendre la valeur du capital naturel et l’importance de préserver et renforcer les écosystèmes et les habitats naturels pour nos communautés », a déclaré le scientifique en chef du Fonds de recherche du Québec, Rémi Quirion.

Les rapports de durabilité et le risque de « Greenwashing »

Malgré l’intérêt croissant pour la RSE et les rapports sur la durabilité, la hausse du chiffre d’affaires pour les cabinets comptables n’est pas sans risques. Professeur de comptabilité sociale et environnementale à l’ESSEC Business School à Paris, le Dr Charles Cho se spécialise dans les questions de comptabilité et d’intérêt public et a publié de nombreuses études à ce sujet. Dr Cho avertit que « La récente prolifération du “buzz de durabilité”, en particulier au sein de la communauté des affaires, ne devrait certainement pas être une avenue pour des stratégies et des comportements opportunistes. Nous devons vraiment faire très attention à ce qui représente des questions de fond par opposition à ce qui est susceptible de devenir une simple représentation symbolique. Malheureusement, ceci arrive plus souvent qu’autrement. Un exemple typique est la production de rapports sur le développement durable ou sur la RSE – nous avons de plus en plus d’éléments qui permettent de conclure que la plupart des informations contenues dans ces rapports est généralement biaisée, sélective, triviale et parfois trompeuse. Néanmoins, ils fournissent un bouclier “légitime”, ou un voile sur ce qui se passe réellement au sein des organisations. Par conséquent, ces rapports doivent au moins être contrôlés par un ensemble de règles, mais c’est loin d’être le cas présentement.

En ce qui concerne le rôle de la profession comptable, je reste sceptique sur certains aspects tels que la course des Big 4 sur le volet de la comptabilité publique pour obtenir le prochain mandat d’assurance / mission de vérification sur la durabilité ou la RSE. Ce type de service connait une croissance exponentielle et on n’a pas besoin d’être un lauréat du prix Nobel pour comprendre que ceci est une autre grande opportunité de conseil très rentable pour les Big 4. Cependant, je suis maintenant plus que convaincu qu’il existe des avenues possibles pour les comptables, les comptables de gestion en particulier, pour apporter une contribution significative à l’agenda du développement durable. Notamment par l’utilisation de leurs compétences techniques pour mesurer et rendre compte des impacts sociaux et environnementaux réels des organisations ».

Le Dr Michel Magnan, FCPA, FCA, professeur à l’Université Concordia, confirme que des aspects importants des rapports sur la durabilité d’entreprise sont symboliques plutôt que de fond. À son avis : « Il y a eu des progrès dans la qualité de la divulgation au fil des ans par les entreprises européennes et nord-américaines. Mes recherches avec mon collègue Denis Cormier indiquent que cette information est pertinente pour les acteurs du marché (investisseurs, analystes) lorsqu’une entreprise présente une bonne performance environnementale (telle que mesurée par des paramètres objectifs), mais la comparabilité entre les entreprises et la fiabilité des informations divulguées sont encore des problèmes majeurs. Il faut garder à l’esprit que, même pour l’information financière, avec l’application d’une règlementation stricte, il y a encore des discussions quant à la comparabilité, la pertinence et la fiabilité de l’information!

Un autre problème majeur est la portée des rapports de développement durable, c’est à dire, quand nous arrêtons-nous? Par exemple, quand on évalue les émissions de gaz à effet de serre d’une entreprise de confiserie laitière comme Nestlé ou Danone, jusqu’où devons-nous aller dans le calcul des émissions du processus de production? Devons-nous inclure le méthane émis par les vaches qui produisent le lait, ou même le processus par lequel elles sont nourries (qui est souvent mécanisé et polluant)? À mon avis, c’est le prochain obstacle que les rapports de durabilité devront surmonter ».

« Alors que l’on témoigne d’une évolution de la reddition de comptes en développement durable axée sur la pertinence des enjeux, nous vérifions non seulement les rapports afin de s’assurer de la précision et de la fiabilité de l’information, mais nos pratiques en développement durable permettent également aux  organisations de mieux comprendre les enjeux les plus importants pour leur stratégie d’ensemble. Avec la montée du processus de Rapport Intégré, nous anticipons une augmentation des besoins pour cette gamme de services que nous offrons partout au Québec, au Canada et à l’international. » 
– Luc Villeneuve, FCPA, FCA, Président, Deloitte Québec

Les comptables et le développement durable

Plus d’un siècle s’est écoulé depuis que John D. Rockefeller s’est retiré de la gestion de son empire pétrolier, mais la nécessité d’une information financière robuste et pertinente est plus importante que jamais. Le nouveau contexte mondial, l’état ​​de l’environnement et l’épuisement des ressources naturelles, sont sans précédent et présentent d’immenses défis et opportunités. Notre capacité à créer des systèmes économiques qui favorisent et récompensent les entreprises pour la restauration et l’amélioration des écosystèmes et des environnements  naturels, la conservation des ressources et l’élimination de la pollution et des déchets permettra de définir notre prospérité future. La profession comptable, fournisseur privilégié d’une information financière impartiale, fiable et pertinente, est idéalement positionnée pour accélérer cette transition.

À cet égard, M. Daniel McMahon, FCPA, FCA, président et chef de la direction de l’Ordre des CPA du Québec, évoque l’orientation stratégique adoptée pour 2013-2015 par le Conseil d’administration : « L’Ordre vise à être reconnu pour son rôle clé en matière de développement économique et sociétal du Québec et entend mettre en valeur le rôle des CPA en matière de développement durable ».


À propos de l’auteur: Adam Koniuszewski, CPA, CA, CFA, est diplômé en Commerce de l’Université Concordia à Montréal. Il a commencé sa carrière dans un grand cabinet comptable à Montréal puis à Londres ( Royaume-Uni ) avant de poursuivre sa carrière internationale au sein d’une société mondiale (Amérique du Nord, Europe, Afrique du Nord), où il a acquis une expérience en stratégie et développement des affaires, planification stratégique et gestion des risques, affaires corporatives et gouvernementales et en RSE. Adam a désormais rejoint le monde de la société civile, où il travaille dans le domaine de la durabilité. Il est un conférencier dans les forums internationaux sur les défis mondiaux de développement durable, de leurs les aspects financiers et du rôle du secteur privé. Adam est également impliqué dans diverses initiatives sociales et caritatives.